Accéder au contenu principal
à la Une

Entretien avec le philosophe Jean-Jacques Cadet : Manuel n’est pas seulement un personnage, c’est un rêve.

Interview | Nous avons eu l’occasion d’interviewer le jeune docteur en philosophie Jean-Jacques Cadet sur la pensée marxiste haïtienne. Après sa thèse « Le concept d’aliénation dans le marxisme. Le cas d’Haïti », dont une partie sera publiée à Paris en septembre, il nous promet déjà deux autres publications. Nous vous invitons à lire cette entrevue dans laquelle il nous parle de la spécificité et l’hétérodoxie de la pensée marxiste haïtienne.

Manman pa dous*

sitwon, tritri, jomou, kwokwo, sèl, figmi, zonyon, kawòt, mayi peyi, ble, pwa kale, pwa chous, manba, farin, bobori, wowoli, doukounou, pendou, vyann sale. 

GRAND-ENTRETIEN | Rencontre avec Olwitchneider Sainclair autour du challenge de portrait/dessin : combattez avec ce que vous avez.

Depuis plusieurs semaines, circulent sur les réseaux sociaux notamment facebook, des portraits de personnalités publiques, d’artistes ou de professionnels très ou peu connus des milieux respectifs. Cette initiative est celle … Continuer la lecture de GRAND-ENTRETIEN | Rencontre avec Olwitchneider Sainclair autour du challenge de portrait/dessin : combattez avec ce que vous avez.

Mon amour, quelles étoiles n’avions-nous donc pas bercées ?

Depuis quelque temps, les étoiles se font rares. Elles sont en confinement pensai-je. De notre
chambre qui s’ouvre sur le ciel, nous avions l’habitude de les voir. Elles venaient souvent nous admirer dans nos plus intimes mouvements. Nous n’avions pas vu arriver cette pénurie d’étoiles, sinon nous aurions pu en accrocher une dans notre chambre.

Lettre à ma fleur de passiflore

Cela fait plusieurs minutes que j’assiste aux premières lueurs du jour qui apparaissent à l’horizon. Il est peut-être six heures du matin. Le vent se lève doucement avec un air frais devant moi, balayant les feuilles des cerisiers et de l’avocatier. J’entends les aboiements des chiens, le cri lointain d’un coq et le souffle du vent. Je suis debout en face d’une fenêtre. Je sens une odeur particulière, une odeur de menthe qui embaume l’air.

Juste toi…

Pas vraiment les rencontres avec mon directeur de mémoire, ma réflexion sur la Musique Vodou attendra, j’aurai ma licence en Psychologie plus tard, le temps est un long fleuve comme dit l’adage chinois, ou japonais, je ne sais plus
Pas vraiment mes potes de la fac, avec qui je fume beaucoup plus que n’importe autre chose, et puis on parle de femmes qui nous font baver d’amour, de jeux de hasard auxquels on prévoit souvent de ne plus jouer, de gangs-des-grands-chemins, de bandits notoires, de bandits si notoires que des panels de Radio entiers discutent avec eux lors de certaines émissions
« Allô, c’est Bandit untel
Allô, Monsieur le Bandit. Comment s’est levé ton quartier, ce matin ?
Bon, tranquille, tranquille ; posé telle une marre de café.
J’ai entendu que tes hommes ont opéré sur la Nationale numéro 1, hier après-midi.
Ce sont des rumeurs. Avec mes hommes, on était sur la 3 »

Photo d'Erickson Jeudy

Lettre à l’absence

Je voudrais t’écrire de mains habiles, forger des phrases à partir du langage des dieux, te peindre toute la beauté que le verbe humain ne peut se vêtir, mais hélas c’est d’un cœur blessé, d’une âme fragmentée que je t’écris cette lettre.