Accéder au contenu principal

Étiquette #Creations

Pour elle, qui mérite la mer et le ciel et le chant des colibris

Des fois, lorsque je n’écoute rien, il m’arrive d’entendre le son de sa voix qui résonne autour de quelques notes plaintives. J’entends la voix de Solange, tel un fil gris au-dessus duquel valse le poids de son passé, de ses traversées et de ses repentis. Me parvient à l’oreille l’espoir nourri en elle après chaque silence. J’entends encore et encore sa voix fredonner des airs de prière en travers de son trémolo. Des prières empilées devant le portail du ciel depuis le temps. J’entends son sourire, le do-ré-mi de ses combats ainsi que son refrain de lumière. 

Si demain

Tu ne liras jamais cette lettre, toi, mon grand chant d’égarement. Mon refrain à dérégler la pluie. Je t’écris comme tentative à conjurer l’absence, ton absence. Et pour garder intacte le souvenir de ton rire sur ma chemise. Si je ne suis qu’un homme raté, passé à côté de lui-même, à n’aimer qu’en silence et grognement, c’est parce que j’ai tout donné une fois, une nuit, à une femme au visage de toutes les réponses du monde. Je t’écris pour au moins ne jamais manqué de rendez-vous avec mon coeur, aimer comme on aime le poison qui nous tue. Lentement.  A toi, toi, inconnue Caïmitte, d’un jour, d’une nuit, d’un bar, d’une musique, de baiser volé à la lune et du coeur qui souffre à toujours. Toi, mon éponge vocabulaire à sécher la parole bavarde des gestes timides.

Mon amour, quelles étoiles n’avions-nous donc pas bercées ?

Depuis quelque temps, les étoiles se font rares. Elles sont en confinement pensai-je. De notre
chambre qui s’ouvre sur le ciel, nous avions l’habitude de les voir. Elles venaient souvent nous admirer dans nos plus intimes mouvements. Nous n’avions pas vu arriver cette pénurie d’étoiles, sinon nous aurions pu en accrocher une dans notre chambre.

Lettre à ma fleur de passiflore

Cela fait plusieurs minutes que j’assiste aux premières lueurs du jour qui apparaissent à l’horizon. Il est peut-être six heures du matin. Le vent se lève doucement avec un air frais devant moi, balayant les feuilles des cerisiers et de l’avocatier. J’entends les aboiements des chiens, le cri lointain d’un coq et le souffle du vent. Je suis debout en face d’une fenêtre. Je sens une odeur particulière, une odeur de menthe qui embaume l’air.

Juste toi…

Pas vraiment les rencontres avec mon directeur de mémoire, ma réflexion sur la Musique Vodou attendra, j’aurai ma licence en Psychologie plus tard, le temps est un long fleuve comme dit l’adage chinois, ou japonais, je ne sais plus
Pas vraiment mes potes de la fac, avec qui je fume beaucoup plus que n’importe autre chose, et puis on parle de femmes qui nous font baver d’amour, de jeux de hasard auxquels on prévoit souvent de ne plus jouer, de gangs-des-grands-chemins, de bandits notoires, de bandits si notoires que des panels de Radio entiers discutent avec eux lors de certaines émissions
« Allô, c’est Bandit untel
Allô, Monsieur le Bandit. Comment s’est levé ton quartier, ce matin ?
Bon, tranquille, tranquille ; posé telle une marre de café.
J’ai entendu que tes hommes ont opéré sur la Nationale numéro 1, hier après-midi.
Ce sont des rumeurs. Avec mes hommes, on était sur la 3 »

Photo d'Erickson Jeudy

Lettre à l’absence

Je voudrais t’écrire de mains habiles, forger des phrases à partir du langage des dieux, te peindre toute la beauté que le verbe humain ne peut se vêtir, mais hélas c’est d’un cœur blessé, d’une âme fragmentée que je t’écris cette lettre.

Je t’aime…moi aussi

Je pense à toi. Alors que cette période difficile fait renaître des liens, aiguiser des talents et en découvrir d’autres, et force à des dispositions particulières, moi je découvre l’amour. Mais après tout, existe-t-il un temps spécial pour aimer? L’amour se conjugue à tous les temps, soutiendraient certains : à l’imparfait, au passé, au temps d’Avent, au temps maussade et surtout au présent. Il fait toujours un temps d’amour sous le firmament quelle que soit la température. Je ne sais pas vraiment ce que c’est que d’aimer en temps de grandes inquiétudes. Certes, j’ai quelques fois pleuré mes déboires d’amourettes sur l’épaule d’une lune compatissante mais je n’ai jamais, jusque-là, marché dans le pressant besoin d’aimer. Je n’ai vécu aucune guerre mais cette pandémie n’en vaut-elle pas deux ?

Jours en cage

Vendredi n’aurait plus été un jour mais une chanson que j’aurais entonné au rythme de ton nom. Crescendo, decrescendo, tremolo, vibrato, soupir, silence, demi-soupir et variations. Vendredi n’aurait plus été un jour de la semaine mais un souvenir. Souvenir de chair et de voix. Vendredi aurait enfin eu une raison d’être vendredi mais on n’a pas eu le temps de le baptiser.