Accéder au contenu principal

Griyo : une bibliothèque numérique haïtienne au service des défavorisés-es

Griyo est une toute nouvelle bibliothèque en ligne qui se donne pour mission de sauvegarder le patrimoine scriptural haïtien. Fondée par France Medeley Giyou et Jean Venel Casséus, cette bibliothèque virtuelle devrait résoudre le problème de rapprochement entre auteurs-es et lecteurs-trices en permettant une plus grande circulation des textes. Le Temps Littéraire s’est entretenu avec l’équipe de Griyo  pour approfondir la démarche derrière ce nom. Bonne lecture.

1- Comment vous est venue l’idée d’une bibliothèque numérique et pourquoi ?

Griyo : C’est comme répondre à la question du comment sauvegarder le patrimoine haïtien en matière d’écriture. Avec la crise sanitaire, beaucoup de gens comprennent l’importance du numérique et la bonne utilisation de l’internet. Mais bien avant cette crise, l’équipe de Griyo réfléchissait sur comment démocratiser la connaissance en Haïti à travers la lecture. Voilà comment Griyo prend naissance avec pour objectif de rapprocher auteur-e et lecteur-trice haïtien-ne en apportant le livre partout surtout au plus défavorisés qui sont souvent oubliés dans nos villes de provinces et les environs.

2- Parlez-nous un peu de l’équipe qui compose ce projet ?

G. : Nous sommes deux à porter cette initiative. Jean venel Casseus, qui est journaliste passionné et de renom et aussi France Medeley Guillou qui elle est passionnée de l’art et de littérature. Sans oublier l’équipe technique qui travaille d’arrache-pied pour innover tout le temps le site aussi bien que l’application Griyo afin de répondre à temps au besoin de nos lecteurs.

3- Qu’est-ce que cela a impliqué en termes de ressources pour vous pour monter cette bibliothèque numérique ?

G. : Ressources, voilà un mot bien important pour l’équipe de Griyo (rires). Jusqu’ici en termes de ressources financières, Griyo fonctionne comme nous l’avions lancé, par nos propres moyens. Sinon, les bannières que vous voyez sur le site ou sur l’application sont grâces à certaines institutions qui croient en ce que nous faisons et nous encouragent en faisant la promotion de Griyo après de différents publics.

Que serait la plateforme GRIYO sans les auteurs. A ce sujet, nous profitons l’occasion pour remercier des auteurs comme Claude Prépetit, Jean Emmanuel Jacquet, Faubert Bolivar, Kanga et tant d’autres qui nous ont donné leurs livres ou la permission de les avoir sur Griyo.

Pour répondre à la question technique, il nous a fallu des ingénieurs qui savent comment monter un site et une application.

Pour faire connaitre Griyo au public, nous remercions les réseaux sociaux qui nous ont permis de faire le lancement et bien sûr les journalistes qui nous supportent avec passion.

4- Présentez-nous votre catalogue actuel.

G. : En 3 mois, nous avons un riche répertoire. Griyo compte, à la date d’aujourd’hui, 158 auteurs avec plus de 320 ouvrages et audios dans 10 catégories différentes. Nous avons des œuvres littéraires, des écrits sur la santé, l’économie, la science, la science ésotérique, l’histoire, la géographie, la diplomatie. Griyo, comme on le dit « Gen pou tout moun, pou tout gou ». Cette citation est vraie et appelle tous les amants de la connaissance, de la lecture et de l’écriture.

5- Peut-on espérer une très bonne expérience dans une aventure numérique du livre?

G. : Nous ne voudrions pas utiliser le mot satisfaction, car nous sommes au tout début de cette expérience et nous avons encore beaucoup à faire. Griyo a plein de projets à venir. Mais déjà nous avons un sentiment de bonheur. Griyo compte plus de mille visiteurs par jours et une semaine après le lancement de notre application, nous avons eu un bon nombre de téléchargement. L’expérience est bonne et comme Casséus aime le dire, Griyo fera école.

6- Cette bibliothèque numérique est-elle gratuite ? Si oui, la demeurera-t-elle ?

On a accès gratuitement au catalogue de GRIYO. Ca ne changera pas. On doit aussi préciser que GRIYO est une plateforme de lecture en ligne : point de possibilité de téléchargement. Et cela va sans dire, GRIYO n’est pas un e-book store.

7- Les auteurs-es dont les textes ne sont pas dans le domaine public, perçoivent-ils\elles un droit d’auteur-e et comment ?

G. : Nous savons très bien comment le métier d’art, de littérature, et donc de l’écriture, d’auteur-e est difficile en Haïti. Pas difficile en terme de production, car la production est abondante et variée. Toutefois, Si Griyo pense à faciliter l’accès à la lecture, doit-elle penser à la satisfaction des auteurs eux-mêmes ? Il ne faut pas oublier que Griyo n’est pas une libraire mais une bibliothèque. Ce qui signifie que Griyo n’est pas dans la vente et donc n’a pas de rentrée formelle. Quelle bibliothèque paie les auteurs ? La différence avec Griyo, c’est qu’elle est une bibliothèque virtuelle.

Revenons à cette question à laquelle Griyo pense-t-elle à rémunérer les auteurs ? 

Griyo est dans l’innovation. L’avenir dira le reste.

8- Quelles sont les prochaines étapes de développement de ce projet?

G. : Griyo est dans l’expansion de la lecture. Mais n’oublions pas, Griyo a pour cible les personnes les plus défavorisées. Porter le livre aux plus défavorisés de manière efficace est ce à quoi nous travaillons maintenant. Éduquer en Haïti est un challenge, ce qui s’annonce intéressant pour notre équipe.

Merci! 

Propos recueillis par Wilbert FORTUNÉ

Wilbert FORTUNÉ
Wilbert FORTUNÉ

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :