Accéder au contenu principal

Lettre pour te rapprocher de moi

Les mots servent de médium pour parler et décrire nos émotions, lourdes et pesantes, volatiles et jubilatoires, foudroyantes et salvatrices. Quelles qu’elles soient, nous essayons de nous soigner par l’écriture et la lecture de ce que le monde et la vie peuvent offrir. Comme l’amour, un sujet intarissable qui prend l’humain par les tripes et le met à nu même en période de pandémie.

Il est connu, les gens écrivent par temps de guerre. Mais, par temps de pandémie, il y en a peu. De mémoire littéraire, je ne peux citer que La peste de Camus. Peut être, ils ont compris le message. Et si on n’en meurt pas tous, qui lira ces maudits livres?
Peu importe. Je vais prendre le risque. Si l’amour est vraiment l’unique chose qui compte. Comment parler de toi? c’est toujours mon fardeau.
Je commencerai avec la lune dans ma tête. Je suis loin mon amour. C’est à ce moment que je me reproche de n’avoir jamais été le meilleur des copains. Que vaut la vie sans un corps d’aube à carresser? Je suis loin de ta bouche.. Et tu vibres dans ma tête. Si j’étais là, nous serions confinés ensembles. On danserait. Toi qui aimes tant danser. Et la sueur de ton corps m’aurait appris le goût de vivre. Pour l’instant, il n’y a que nos souvenirs qui me gardent en vie.
Camarade, ne meurs surtout pas. Résiste. Je reviendrai un jour, pour cette ville sans cage à offrir à l’oiseau et ce miroir brisé à reconstuire ensemble. Je sais que c’est difficile pour toi, pour moi, pour nous. Je sais aussi que tu pleures chaque soir. Ça me peine de savoir que tu pleures à un tel rythme mon absence. Pardonne moi, de t’avoir imposé ce double confinement, mon bébé.

Lire aussi : Tout ou presque sur le concours de nouvelles : Écrire nos droits pour réapprendre à vivre

Personne n’aurait crû que le mot quarantaine, serait devenu, le mot le plus à la mode de l’année. En de telles circonstances, je fais tout en ton nom. Un jour, je t’écrirai peut-être ce roman inachevé. L’amour au temps du corona? Je ne sais pas si Marquez accepterait, ma chérie. Si non, je te l’aurais déjà fait.
Je regarde chaque matin, par la fenêtre de ma chambre et je te vois passer. Avec une robe bleue. Une robe en dentelle d’oiseau. Dieu sait combien tu aimes le bleu. Tu passais avec une telle élegance et j’ai crié ton nom. J’hallucine, tu n’es pas là. Comment tu fais pour venir dans mes songes? Est-ce que moi aussi j’y viens dans les tiens? J’aurais aimé être partout dans tes rêves. Surtout, enfermé entre tes cuisses. C’est la source intarissable, qui apaisera ma soif. J’ai soif mi Amor. Pourquoi ont-ils fait ça? Quel putain de dieu a crée l’exil? J’ai beaucoup appris ces temps-ci : qu’un ordre d’un président peut vouloir dire quelque chose, il arrive que l’on se trouve dans un pays sans ombre et sans copine, le corps est un arbre fragile. J’ai surtout compris pour une fois, cette phrase de Dany Laferrière “l’exil est pire que la mort pour celui qui reste” ce qui signifie, que tu souffres encore plus camarade. Je t’aime compagnon de routes et de luttes. Je te ferai d’autres poèmes, pour conter un à un les parties de ton corps. Je mobiliserai tous les grands poètes qui ont chanté les femmes, Aragon le poète d’une seule femme, qui chante les yeux d’Elsa. C’est sûr qu’il n’a pas eu la chance de regarder tes yeux. Je t’écrirai Margha de René Philoctète, et d’autres divins poètes qui ont pleuré des femmes pas plus douces que toi. Je te parlerai de Jacques Brel qui a pu mourir sans t’écrire une chanson.
Non petite fille, ne pleure pas. Car, un jour on se reverra. Et ce jour-là qui sera le plus beau de toute la condition humaine, je te dirai ce beau vers de Paul Valérie dans son poème titré charme : ” j’ai vécu de vous attendre et mon coeur n’était que vos pas”.

Jean James Junior Rolph JEAN


  • Colloque international : « Revisiter l’œuvre et la pensée de Jacques Stephen Alexis »
    Le 22 avril 2022 ramène le centième anniversaire de naissance de Jacques Stephen Alexis, écrivain et théoricien du roman et de la culture mondialement connu, médecin-neurologue et homme politique marxiste. Marquer ce centenaire par un nouvel examen de l’œuvre et de la pensée d’Alexis constitue un geste hautement significatif et utile. Rien que parce qu’un centenaire représente toujours une occasion très rare, il faudra attendre une dizaine de décennies et plusieurs générations pour en revoir un autre. Parce que, malgré la grande reconnaissance dont jouit déjà Alexis, son héritage littéraire et théorique reste d’une grande actualité et, de ce fait, mérite d’être glosé à l’attention des plus jeunes générations notamment. D’autant que l’œuvre et la pensée d’Alexis portent en elles un ferment politique susceptible d’aider à interroger le présent.
  • Istwa Jak
    Si nuit te konn maleng lajounen pote malgre tout sa yo di, li pa t  ap janm ale kite nou fas ak lavi. Si nuit te konnen genyen nan nou, … Continuer la lecture de Istwa Jak
  • Yanick Lahens à la lumière de tante Résia
    Avec tante Résia et son antithèse, sa soeur Gracieuse Dalmé, jeune mère réfugiée dans l’austérité de la foi, il semble que Yanick Lahens tente de nous livrer l’essence de la femme haïtienne, c’est-à-dire ce qu’elle a de plus remarquable. Angélique, Joyeuse et leur mère, personnages de son roman La couleur de l’aube, semblent d’ailleurs être une recombinaison des caractéristiques féminines portées par Résia et Gracieuse, dans une trinité qui, peut-être, affine cette image de l’Haïtienne.
  • Si demain
    Tu ne liras jamais cette lettre, toi, mon grand chant d’égarement. Mon refrain à dérégler la pluie. Je t’écris comme tentative à conjurer l’absence, ton absence. Et pour garder intacte le souvenir de ton rire sur ma chemise. Si je ne suis qu’un homme raté, passé à côté de lui-même, à n’aimer qu’en silence et grognement, c’est parce que j’ai tout donné une fois, une nuit, à une femme au visage de toutes les réponses du monde. Je t’écris pour au moins ne jamais manqué de rendez-vous avec mon coeur, aimer comme on aime le poison qui nous tue. Lentement.  A toi, toi, inconnue Caïmitte, d’un jour, d’une nuit, d’un bar, d’une musique, de baiser volé à la lune et du coeur qui souffre à toujours. Toi, mon éponge vocabulaire à sécher la parole bavarde des gestes timides.
  • Création | DIS-LEUR
    Journaliste, poète et nouvelliste, Jonel Juste est né à Port-au-Prince le 2 octobre 1980. En tant que journaliste, il a travaillé dans divers journaux, revues et agence de presse en … Continuer la lecture de Création | DIS-LEUR

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :