Accéder au contenu principal

Lettre de Jacques Stephen Alexis à sa fille Florence

Aujourd’hui, Jacques Stephen Alexis aurait eu 98 ans, il aurait terminé ses textes inachevés, il aurait vu ses petits-enfants et il aurait continué son long combat pour un pays juste et une humanité retrouvée. N’était-ce son assassinat en 1961 par le régime des Duvalier, il aurait continuer à écrire des lettres, cette lettre que nous publions n’aurait pas été la dernière qu’il ait envoyée à sa fille.

La Havane, 11 janvier 1955

Je n’aurai pas beaucoup de temps, hélas ! Pour continuer, du lointain où je me trouve, mon imprescriptible tâche paternelle… Je puis te donner vois-tu, ma petite fille, quelque chose que je connais bien, pour l’avoir éperdument cherché et trouvé, tout en continuant à le chercher, c’est le sens de la pureté du cœur, de l’amour de la vie, de la chaleur des hommes… Oui, j’ai toujours abordé la vie avec un cœur pur. C’est simple vois-tu, Florence…
Et surtout… n’oublie jamais qu’un être humain ce n’est pas seulement des bras, des jambes et des mains, c’est avant tout une intelligence. Je ne voudrais pas que tu laisses dormir ton intelligence. Quand on laisse dormir son intelligence elle se rouille, comme un clou, et puis on est méchant sans le savoir…

J. S. Alexis.

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :