Accéder au contenu principal

Quarantaine d’amour

Les mots servent de médium pour parler et décrire nos émotions, lourdes et pesantes, volatiles et jubilatoires, foudroyantes et salvatrices. Quelles qu’elles soient, nous essayons de nous soigner par l’écriture et la lecture de ce que le monde et la vie peut offrir. Comme l’amour, un sujet intarissable qui prend l’humain par les tripes et le met à nu même en période de pandémie. Nous vous invitons à lire ces textes qui portent à l’âme un coup de massue, un vent de désir de distances et de manques.

Mon camarade avait le visage terreux,
éteint, il me semblait qu’il regrettait ses confidences, que je lui étais devenu antipathique.

Lorsque la file d’attente s’ébranla,
il me tendit la main
en signe d’adieu
et s’éloigna,
comme profondément dépassé par les événements .

Trainant la semelle vers le mètre cinquante de la distanciation sociale, je me rappelai une de ses récentes confidences;
après ma dernière tête à tête avec vous,
j’ai été complètement bouleversé, en dehors de ma personne de tous les jours,
j’ai cherché quelques-unes au fantasme d’une embrassade mortelle,
quelques-unes de grande vulgarité.

Je ne voulais plus penser à ce monde mal aimé.
Sur le chemin de mes espoirs qui cherchent la vie dans des camps de concentration,
j’ai croisé une jeune poétesse et nous avons acheté une bouteille de rien du tout(…)
Je suis revenu chez moi au petit matin.

Le lendemain de toute la semaine suivante, j’ai été comme un Palestinien,
oublié par l’humanité mais habitué
par l’imprescriptible droit à la vie.

Je ne crains pas le confinement, l’isolement et tout ce qui va avec,
mais certainement la crève la faim.
Comme toujours je suis Gaza, je m’habitue pas mal au blocage du monde.

Je ne peux plus me permettre ces rencontres avec vous.

J’en suis malade!

À bientôt.

Si Dieu existe bien entendu, je lèverai de nouveaux verres à la gloire de la quarantaine d’amour.

Ricardo BOUCHER, poète et diseur

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :