Publicités
Accéder au contenu principal

Dire la faille : Yon ti mo

Série 2 : 10 ans plus tard. Les blessures sont encore à vif. Les failles nous traversent de part en part, nous colmatons en espérant que cela tienne. Le souvenir des disparus est, semble-t-il, le seul réconfort des vivants. La littérature tient lieu de thérapie, nous avons voulu donner un espace où l’expression de ces rivières mal contenues était possible et réparatrice. Il s’agit de failles énormes, fruits de traumatismes pérennes. Ces personnes ont répondu à notre appel et nous les remercions de cet acte d’amour. Ils partagent avec tout un chacun leur ressenti dans des mots de sang et de larmes. Karen Berthia Voltaire se livre à nous.

Yon ti mo
Se vre li piti men li twòp pou ekri
Sa montre nan katastwòf lavi moun se pri
M pa ka chanje po men m ka mete m nan plas lòt yo
Pou tout sa k pa kenbe plim sou sa yo fèmen pòt yo
Mwen, se yon manman ki mete pitit li anba vant li pou li te ka sove
Mwen, se yon papa ki mache a pye al jwenn fanmi men ki pa rantre
Mwen se yon timoun ki pa t konn sa k t ap pase epi 13 ki leve òfelen
Mwen, se yon moun ki te gen mwayen epi ki tonbe nan povrete
Mwen, se yon malerèz ki wè toutbon vre lavi l pa p chanje
12 janvye sa ki fè mal toujou difisil pou bliye
10 lane pase chagren ak lapèn nan l,a nou ka wè l, li evidan
Yon ti mo m te pote , 12 vè, men ann di Bondye mèsi nou menm ki vivan

Karen Berthia Voltaire

Publicités

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :