Accéder au contenu principal

Dire la faille : Dire qu’on s’est trompé de faille

Série 3 : 10 ans plus tard. Les blessures sont encore à vif. Les failles nous traversent de part en part, nous colmatons en espérant que cela tienne. Le souvenir des disparus est, semble-t-il, le seul réconfort des vivants. La littérature tient lieu de thérapie, nous avons voulu donner un espace où l’expression de ces rivières mal contenues était possible et réparatrice. Il s’agit de failles énormes, fruits de traumatismes pérennes. Ces personnes ont répondu à notre appel et nous les remercions de cet acte d’amour. Ils partagent avec tout un chacun leur ressenti dans des mots de sang et de larmes. Joël Beauchamp se livre à nous.

Peinture par Danielle Cabero

…Dire qu’on s’est trompé de faille
De la faille septentrionale à la faille Enriquillo
Quelle différence ? Quelle serait donc la dé-mesure du sort ?
12 janvier 2010 Je m’en souviens
Je maudis ce jour
Ce mardi de l’Enfer
Ces trente-cinq secondes plus longues que l’Eternité
Où donc sera le prochain épicentre ?
Quelle serait donc la faille décrochante ?
La célèbre anonyme ou la Septentrionale tant attendue
 Réveillée dans sa monstrueuse beauté ?
Qui a osé parler de 300, 000 morts et disparus ?
Il n’y a jamais eu de survivants
On est tous des morts vivants
Des zombies errants …
Inconscients des constructions anarchiques
O Jalousie, Canape-vert, La Fossette !
Je vous envie ….
Vivent les plans de prévention des gouverneurs éclairés
Vivent les couleurs auréolées Jaunes, vertes et rouges
De nos petits génies du Ministère des travaux publics
Vivent nos belles plaques tectoniques
Vive Claude Preptit notre prophète
Comme on sera fier d’annoncer au monde
Il ne revient pas seulement au Japon
De vivre l’élégance du tsunami
12 janvier 2010 Je m’en souviens …
Je maudis ce jour
Ce mardi de l’Enfer
Ces trente-cinq secondes plus longues que l’Eternité
O Séisme, un mot que je n’ose prononcer
Un vilain sort qui fait trembler mon corps, mon cœur et mon âme
Être envieux qui a déconstruit mon foyer
M’enlevant femme et enfants
Après une décade, t’es encore plus présent que jamais
Arrière de moi Fantôme
Que de noms, que de visages enfouis au creux de ma mémoire
Générations qui peuplent mon esprit et hantent mes nuits
Recevez mes humbles hommages
Libérez, je vous prie mon être de cette géhenne
Dire la faille
Revient à exposer le système
Médiocratie
« Démoncratie »
O Corruption douce poésie des gouverneurs politiques
Tendre envoutement des coopérants
Ah Belle Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haiti
CIRH, triomphe médiatique des propagandes
Je vous avoue
Je ne mourrai pas
Tant que je ne verrai sortir de vos tripes
Tous les fantômes des 300, 000 morts et disparus
A qui vous devez des comptes ….
Bâtisseur, créateur de mots et de slogans
Je continue à adorer vos inventions
Quelle inventivité !
Refondation territoriale
Refondation économique
Refondation sociale
Refondation institutionnelle
O Plan stratégique de développement d’Ayiti
Doux rêve des esprits idylliques !

6 janvier 2020, en mémoire des morts et disparus du tremblement de terre du 12 janvier 2010
Joel Beauchamp

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :