Accéder au contenu principal

Dire la faille : Appel aux semences des larmes

10 ans plus tard. Les blessures sont encore à vif. Les failles nous traversent de part en part, nous colmatons en espérant que cela tienne. Le souvenir des disparus est, semble-t-il, le seul réconfort des vivants. La littérature tient lieu de thérapie, nous avons voulu donner un espace où l’expression de ces rivières mal contenues était possible et réparatrice. Il s’agit de failles énormes, fruits de traumatismes pérennes. Ces personnes ont répondu à notre appel et nous les remercions de cet acte d’amour. Ils partagent avec tout un chacun leur ressenti dans des mots de sang et de larmes. Adelson Elias se livre ainsi à nous.

Désastre – Toile de Franckétienne

chaque mot sorti
avec l’intention
de refaire
la géométrie du sang
-du désert de poussières blanches
et des milliers de corps muets
porte sous ses pieds
fragiles
un lourd chemin
de neige

tenté
de chaque mot
surgis
une adresse à jamais
perdue
-un regard
se heurtant aux cailloux éveillés
de l’absence

tout mot pour dire
le chant des crevasses
est
me semble-t-il
annonce de fosses
-appel aux jets d’engrais
aux semences
des larmes

Adelson Elias

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

%d blogueurs aiment cette page :