Accéder au contenu principal

Entretien | Fédia Stanislas : « Konfidans » pour donner voix à ceux/celles qui ont peur de briser le silence

Au cœur des bouleverses dues aux différentes manifestations demandant le départ du président, nous apprenons que le prix Deschamps a été attribué à Fédia Stanislas pour son roman en créole titré Konfidans. Auteure d’un roman qui est captivant et qui vous prend par la main et chemine avec vous à travers les lignes jusqu’à la fin, selon l’avis du jury, nous sommes allés à la rencontre de cette nouvelle star des Lettres haïtiennes.

1- Tout le monde sait qu’aujourd’hui vous êtes récipiendaire du prix Deschamps 2019 mais nous voudrions savoir comment vous en êtes venue à l’écriture.
Fédia Stanislas : – Comme Anne Franck, c’est parce que je veux continuer à exister même après ma mort. Et c’est l’écriture qui peut le faire pour moi. J’ai aussi rencontré des amis qui m’ont encouragés et je me suis lancée. Je ne regrette pas une seule seconde d’avoir fait ce choix

2-Quels ont été vos sentiments à la réception de ce prix?
F.S. : – C’est Evelyne Trouillot, la présidente du jury, qui m’a appelé pour m’annoncer la nouvelle. Je ne savais pas quoi dire, j’étais tellement contente et j’ai poussé des cris de joie.

Je devais dénoncer, parler pour ceux qui n’ont pas de mots et qui craignent de briser le silence de la peur.

3- Votre roman est en créole, qu’est-ce qui a provoqué ce choix quand on connait votre production antérieure ?
F.S. : – On a deux langues officielles, je sais écrire en créole et en français. Etant donné que j’avais déjà publié en français, cette fois, c’était l’occasion de montrer la beauté de la langue créole. Ce choix a été payant pour moi.

4- Votre roman traiterait des thèmes suivants : prostitution, migration, violence domestique, pauvreté, la grande misère sociale qui déshumanise notre peuple. Expliquez-nous ce qui vous a porté à écrire ce roman et à l’envoyer au prix Deschamps.
F.S. : – Puisque ce sont des thèmes d’actualité, je me suis dit que leur choix allait susciter des débats. Je devais dénoncer, parler pour ceux qui n’ont pas de mots et qui craignent de briser le silence de la peur. Le prix Deschamps étant le plus grand prix littéraire haïtien, je m’étais dit que j’allais y participer parce qu’en dehors de la qualité des personnalités qui sont membres du jury, on y gagne des opportunités et la promotion de mon livre est assurée si je remporte le prix puisque le livre touchera plus de monde.

5- Un conseil pour les jeunes auteurs désireux de briguer le prix Deschamps?
F.S. : – Il faut se préparer. Choisir un sujet avec des thèmes qui pourraient capter l’attention du jury. Vous n’avez pas besoin d’utiliser des mots difficiles mais travailler sur les mots les plus simples et rendez-les extraordinaire.

Wilbert FORTUNÉ

Le Temps Littéraire Tout afficher

Magazine d'art, de littérature et des idées

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :